Un service de cloud computing pour l’interprofessionnalité québécoise

2018-10-12T15:51:51+00:00 3 septembre 2018|Catégories : PERSPECTIVES|Mots-clés : , , |

Durant l’été 2017, le Barreau, la Chambre des notaires et l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (CPA) ont, ensemble, lancé un appel d’offres visant à offrir à leurs membres un service infonuagique¹ (néologisme de cloud compunting²) adapté aux exigences de leurs professions. Qui permet aujourd’hui d’aboutir à une proposition de service qui sera désormais accessible à partir de ce mois de septembre 2018³.

Partager l’article

CATEGORIES

RSS Diigo

Quel est l’enjeu ? Assurer à leurs membres un service compatible avec les exigences réglementaires et déontologiques de ces professionnels. Car le développement des échanges virtuels ne va pas sans poser questions en termes de sécurité des informations et en particulier de respect du secret professionnel. Ainsi, comment s’assurer qu’un fournisseur de services cloud ou encore de messagerie apportent un minimum de garantie de nature à exonérer le professionnel de tout reproche, en particulier en termes de responsabilité ? Ainsi et notamment, à qui appartiennent les mails échangés avec le client ? Qui peut y avoir accès ?

En France, le conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables s’est très tôt emparé de cette question en publiant un guide pratique sur la bonne utilisation du cloud compunting à destination des cabinets. Reste au professionnel à vérifier que son prestataire est bien conforme.

La profession québécoise va donc plus loin, en proposant une solution clé en main, assurée par le consortium formé par les sociétés Lafortune Technologies et Avancie. Car, selon Manon Durivage, première vice-présidente à l’encadrement et au développement de la profession à l’Ordre des CPA du Québec,

« l’une de nos priorités est d’accompagner nos membres, spécialement les praticiens seuls ou les petits cabinets, afin de les aider à négocier rapidement le virage numérique ».

Autre singularité : le travail en commun de trois professions – notaire, avocat et comptable agréé – afin de proposer une solution commune. Le symbole est fort, puisque qu’il permet d’affirmer que, dans ce domaine, les exigences sont peu ou prou identiques. Mais également vis à vis du public et des parties prenantes, cela permet d’envoyer un message de confiance, en affichant les efforts déployés en commun pour leur garantir une sécurité maximale.

Un exemple à dupliquer plus largement ?

Notes

Nos articles récents

Un service de cloud computing pour l’interprofessionnalité québécoise

3 septembre 2018|

Imprimer cet article

Laisser un commentaire