Le big data au service de l’artisan pâtissier

2019-06-21T14:45:31+00:00 7 décembre 2018|Catégories : MÉMOIRE DU FUTUR|Mots-clés : , |

En créant la rubrique « mémoire du futur », le Lab50 a souhaité mettre en valeur et encourager les experts-comptables mémorialistes qui ont choisi d’approfondir un thème lié à l’intelligence artificielle. Et ainsi de mettre à disposition de la profession leurs travaux et œuvrer au bénéfice de tous. N’hésitez pas à les encourager en leur faisant part de vos retours d’expérience, le cas échéant.

SOMMAIRE

Partager l’article

CATEGORIES

Maxime Bédard
Maxime BédardExpert-comptable mémorialiste
Titre du mémoire :
« Vers une nouvelle stratégie de production des pâtisseries artisanales par l’exploitation du Big Data :
Proposition d’un guide méthodologique pour l’expert-comptable »


Lab50 : 
Maxime Bédard, pouvez-vous vous présenter ?

A 30 ans, je suis expert-comptable mémorialiste au sein du cabinet BATT & ASSOCIES à Nancy. C’est un cabinet d’environ 200 collaborateurs répartis sur une dizaine de sites essentiellement implantés en Lorraine et à Paris. Résolument tourné vers l’expertise comptable, j’encadre aujourd’hui une équipe de trois collaborateurs.
La multitude de missions qui peuvent être exercées et la diversité des personnes rencontrées ont été déterminantes dans le choix de ce métier. J’aime être au contact d’entreprises dans des secteurs variés. De plus, il existe de nombreuses possibilités d’évolutions dans tous les domaines du conseil et notamment dans le Big Data.

Vous avez choisi un sujet de mémoire en lien avec l’intelligence artificielle ?

Oui, je développe une mission d’accompagnement stratégique en production de pâtisseries artisanales par l’exploitation du Big Data. Le but étant de proposer un guide méthodologique à destination de l’expert-comptable.
L’utilisation des technologies du Big Data permet de prévoir le niveau d’activité attendu et ainsi d’anticiper les besoins de production tout en optimisant l’utilisation des ressources.

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Le choix de ce sujet résulte de motivations personnelles et professionnelles.
Sur le plan personnel, étant enfant d’artisans pâtissiers, l’activité a souvent meublé les discussions au sein de la famille. Elle m’a également poussé à travailler dans l’entreprise familiale au moment des fêtes. De plus, j’ai toujours été fasciné par les technologies et l’utilisation des réseaux sociaux. Très tôt, j’ai participé à leur développement pour la pâtisserie de mes parents.

Pour ce qui est des raisons professionnelles, le développement d’une mission de conseil par l’exploitation du Big Data permet à l’expert-comptable de se placer comme un véritable conseiller en stratégie de production pour l’artisan pâtissier.

De plus, avec la détention des données comptable de l’entreprise, il dispose d’une réelle opportunité pour développer cette nouvelle mission à forte valeur ajoutée. Ainsi, le Big Data n’est plus réservé uniquement aux grandes entreprises et devient accessible aux TPE.

Plus précisément, pouvez-vous nous expliquer ce que l’analyse des datas peut apporter au secteur de la pâtisserie artisanale ?

L’analyse des datas va permettre à l’expert-comptable d’accompagner le chef d’entreprise au cœur du processus de production et ainsi l’assister au quotidien dans le management de sa pâtisserie.

Mon objectif est de développer un outil qui oriente le pâtissier dans ses choix de production.

Par exemple, sur la base d’un panel de produits, indiquer lequel il faudra mettre en avant à un instant donné. Pour tendre vers ce modèle, un nombre important de données va être traité et analysé, comme par exemple les historiques des ventes, la météo, Instagram, YouTube, l’actualité, les événements culturels ou sportifs etc.

Est-ce facile de trouver des données ? Quelles seraient selon vous et à ce stade de vos réflexions, les progrès à faire au sein de la profession ? Quels sont les freins ?

Je dirais que la difficulté ne se situe pas dans la récolte de données mais plutôt dans leur sélection et leur traitement afin de les rendre exploitables.

Les données se trouvent partout, à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise mais aussi au sein du cabinet.

Ce qui permet notamment à l’expert-comptable de proposer un benchmark grâce aux informations qu’il détient de clients du même secteur.
Si l’exploitation des données comptables détenues par le cabinet s’avère être un réel atout stratégique, il est toutefois nécessaire d’en disposer en nombre important, sans quoi cela pourrait difficilement fonctionner.

Aussi, un des principaux progrès au sein de la profession pourrait être de mutualiser les données des cabinets au travers d’une base unique accessible par les experts-comptables.

Il existe un outil statistique au sein de la profession (Statexpert) cependant il me semble que l’accès aux sources de données n’est à ce jour pas possible.
Une autre piste de réflexion serait de développer des partenariats avec des éditeurs de logiciels de caisses afin de récolter des données précises sur la composition du chiffre d’affaires (détail des produits, heures de fréquentation, etc.).
Bien entendu, les principaux freins seraient la confidentialité et la sécurité des données. Se pose alors la question de la gouvernance des données et de la conformité au RGPD. Les données mutualisées sont rendues anonymes, mais jusqu’où pourrait-on remonter dans la précision de celle-ci ?

Existe-t-il un marché pour ce type de mission ? Et peut-elle être élargie à d’autres secteurs ?

Oui, on s’aperçoit aujourd’hui qu’il y a une réelle demande des artisans pâtissiers pour mieux gérer leur offre de produits et en définir les objectifs de production.

En effet, les professionnels de la pâtisserie évoluent dans un environnement changeant avec comme principales préoccupations :

  • La concurrence accrue des grandes surfaces alimentaires avec une amélioration de la qualité de leurs produits et la création de rayons dédiés.
  • Le développement des chaines spécialisées qui reprennent les codes de la fabrication artisanale avec la préparation sur le lieu de vente.
  • Les comportements alimentaires et les attentes des consommateurs qui ont changé ces dernières années. Les campagnes de communication sur l’équilibre alimentaire et le contexte économique actuel entrainent une baisse de la consommation de pâtisseries artisanales. L’artisan pâtissier doit donc répondre aux nouvelles attentes des clients qui souhaitent désormais consommer moins tout en privilégiant la qualité.
  • Les difficultés pour recruter du personnel qualifié notamment à cause des horaires contraignants et de la faible rémunération.

Je pense tout à fait que ce type de mission peut être élargi à d’autres secteurs d’activité. On le voit d’ailleurs dans l’agriculture par exemple.

Comment, ceux qui liront cette interview, pourraient vous aider à progresser dans vos travaux ?

Je suis intéressé par les retours d’expérience de personnes ayant participé de près ou de loin à la mise en place d’un projet Big Data au sein d’un cabinet d’expertise comptable. Je suis curieux de connaitre les difficultés qu’elles ont pu rencontrer et les solutions qu’elles y ont apportées. C’est avec plaisir que j’échangerai avec elles sur mes travaux.

 

Vous souhaitez nous soumettre le sujet de votre mémoire IA, blockchain, data et rejoindre la communauté « Mémoire du futur » ?
Ecrivez-nous à hello@lelab50.fr

Nos articles récents

L’utilisation de l’IA par l’expert-comptable

12 juillet 2019|

L’expert comptable : un être humain face à l’intelligence artificielle

21 juin 2019|

Audit et Expertise comptable à l’horizon de la digitalisation

17 mai 2019|

Imprimer cet article

Laisser un commentaire